ensemble

Créé en 2004 à Nantes, l'Ensemble Utopik est un collectif de musiciens interprètes passionnés par le répertoire des XXe et XXIe siècles.
La direction artistique est assurée collégialement par Michel Bourcier (organiste, chef d’orchestre), Marie-Violaine Cadoret (violon et alto),
Ludovic Frochot (piano), Michel Grizard (guitare), Hédy Réjiba (percussions) et Gilles de Talhouët (flûte).
L’aventure fondatrice de l’ensemble fut le travail de longue haleine engagé en 2005 autour d’une œuvre emblématique de l’après-guerre,
Le Marteau sans maître (1953-55) de Pierre Boulez, inspirée par des poèmes de René Char.

En 2007, les musiciens de l’ensemble imaginent les Rencontres Utopik : trois compositeurs de renommée nationale ou internationale sont invités chaque année (en général en novembre, janvier et mars) à séjourner à Nantes pendant une semaine entière. Accompagnés de musiciens de l’ensemble, les compositeurs se rendent chaque jour dans différents lieux/institutions de l’agglomération afin de faire entendre leurs œuvres en direct, en analyser la forme et le langage, évoquer leurs sources d’inspiration et leur désir de création… Ces concerts-rencontres sont suivis d’un moment d’échange. Le but de ce « voyage musical dans la cité » est d’aller au-devant des publics et de rendre accessible la création musicale.

Chaque semaine s’achève par deux manifestations plus importantes :
- un concert-portrait du compositeur à destination de collégiens et lycéens
- un concert final programmé au Théâtre Graslin ou au Lieu Unique, présenté par le compositeur.
Ses oeuvres sont jouées aux côtés de celles d'un grand compositeur du passé qu'il aura choisi.
Près de 2000 personnes assistent chaque année aux Rencontres Utopik !



Les Utopistes

Déplacez le curseur sur la frise pour avancer ou reculer
Cliquez sur une image pour afficher la bio

Michel Bourcier, direction

Né à Nantes en 1964, Michel Bourcier est organiste de formation. Il reçoit notamment l'enseignement de l’organiste et chef d’orchestre Jean-Louis GIL qui lui fait partager sa passion pour la musique du XXième siècle. Parallèlement, il effectue des études approfondies d’écriture musicale avec le compositeur Christian VILLENEUVE puis se perfectionne dans cette discipline au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il obtient le 1er prix d’analyse dans la classe du compositeur Claude BALLIF.
Michel Bourcier est invité à donner des récitals d’orgue dans de hauts lieux de l’orgue français (Notre-Dame, Saint-Eustache, Saint-Remi-en-Provence, à la Cathédrale d'Auxerre, au Conservatoire Supérieur de Lyon, aux festivals de Toulouse-les-Orgues, Colla Voce de Poitiers, le Printemps des Orgues d'Angers, la Folle Journée de Nantes, etc.). Il est particulièrement sollicité pour se produire avec des solistes et des chœurs. A ce titre, il travaille régulièrement avec l'ensemble Les Eléments de Toulouse, l'Ensemble Vocal Michel Piquemal...
Sa rencontre avec le compositeur Jean-Louis FLORENTZ lui a permis de donner en création deux des quatre œuvres d’orgue de ce compositeur : "Les Laudes" (1985) et "Debout sur le soleil" (1991), cette dernière lui étant dédiée. Il donne aussi en création des œuvres de Jacques LENOT ("Aus der Engel Ordnungen", Second Livre d’Orgue), de Christophe LOOTEN (Livre d’Orgue), de Patrick BURGAN ("Ex Maria virgine"), de Valéry AUBERTIN (Seconde Sonate) et inscrit fréquemment des œuvres du XXième siècle à ses programmes, notamment les œuvres de Olivier MESSIAEN.
Titulaire du Certificat d'Aptitude, Michel Bourcier enseigne l'orgue au Conservatoire National de Région de Nantes ainsi que l'analyse musicale au CEFEDEM Bretagne-Pays de Loire. Il est titulaire du grand-orgue Louis Debierre (instrument de 1891 classé Monument Historique) de l'église Notre-Dame de Bon-Port à Nantes et est membre de la commission des orgues non protégées au titre des monuments historiques pour le Ministère de la Culture.
La direction d’orchestre est une orientation nouvelle au sein de ses activités. Il dirige en 2003 la création de "Nod" de François ROSSÉ, pour ensemble de 80 cuivres, piano et percussion au C.N.R. de Nantes et en 2004 « Soldanelle », de Jean-Yves BOSSEUR, pour soprano et ensemble instrumental. Il est membre fondateur de l’ensemble instrumental Utopik, créé en 2004, et dont il est le chef principal

Hédy Réjiba, percussions

Né en 1960 à Grenoble, il poursuit ses études aux conservatoires d'Angers et Créteil où il obtient un prix d'excellence. Parallèlement, il poursuit également des études universitaires de musicologie à l'université de Poitiers. Il collabore comme percussionniste depuis 1984 avec plusieurs orchestres : Orchestre Poitou-Charente, Orchestre National des Pays de Loire, Orchestre de Bretagne. Membre fondateur du quatuor de percussion Rhizome, il participe activement à la diffusion et à la création du répertoire contemporain. L'ensemble se produit régulièrement et participe à des festivals tels que Aujourd'hui Musique à Perpignan, Territoires Polychromes à Paris, Colla Voce à Poitiers... Il collabore étroitement avec plusieurs compositeurs (Bruno Giner, Yoshihisa Taîra, Gérard Pesson, Claude Ballif) pour lesquels il crée des oeuvres. Il enregistre sous la direction de Claude Ballif et Yoshihisa Taïra deux monographies. Titulaire du certificat d'aptitude il enseigne la percussion au C.N.R. de Nantes.

Patrick Févai, violon

Né en 1963 à Vannes, il y fait ses premières études musicales. Présenté par son premier Maître à Pierre Amoyal, il suit son enseignement dès 1976. Il obtient en 1982 un premier prix de violon au CRR de Boulogne-Billancourt dans la classe de Jacques Ghestem. Entré au CNSDP, dans la classe de Pierre Amoyal / Amy Flammer pour le violon, Jean Hubeau et Christian Lardé pour la musique de chambre, il y suit le cycle de perfectionnement après avoir obtenu son premier prix de violon auprès de Pierre Doukan dans le cadre de sa « classe de violon solo » de 1989 à 1991. Il est titulaire du Certificat d'Aptitude depuis 1991.
Violon solo de l'ensemble TM+ de 1985 à 1997 sous la direction de Laurent Cuniot, il y côtoie de nombreux compositeurs et participe à des enregistrements monographiques. Les programmations de cet ensemble lui donnent l'occasion de jouer le répertoire de musique de chambre du XX° siècle et de se produire dans les plus importants festivals de musique contemporaine.
Il fonde en 1981 un premier quatuor à cordes. Grâce à la formation proposée par l'association « Proquartet », il bénéficie de l'enseignement de James Levine (premier violon du « Quatuor Lasalle ») et Norbert Brainin (premier violon du mythique « Quatuor Amadeus »).
En 1995 il fonde le Quatuor Liger. Invité à la plupart des éditions de la « Folle Journée »de Nantes, le Quatuor Liger travaille étroitement avec le Théâtre Graslin (Nantes) qui co-produit ses saisons musicales. Il se produit également à l'étranger, USA, Japon, Europe. Son répertoire actuel balaie l'ensemble de la période baroque, romantique jusqu'à la première moitié du XX° siècle.

Marie-Violaine Cadoret, violon et alto

Issue d’une famille de musiciens, Marie-Violaine CADORET commence ses études musicales dès l’âge de 5 ans au CNR de Versailles puis de Rueil-Malmaison avant d’intégrer le CNSM de Lyon dans la classe de violon de Veda Reynolds. Elle suit parallèlement des études d’harmonie et de contrepoint ainsi qu’un 3ème cycle de perfectionnement en musique de chambre dans les classes de Christian Ivaldi et Jean-Claude Pennetier au CNSM de Paris.
Sa carrière professionnelle s’ouvre grâce à l’orchestre (Orchestre de Paris) et à la musique de chambre (Quatuor Kandinsky –avec piano) pour s’orienter vers 2 axes déterminants de sa vocation : la musique de chambre dans le répertoire contemporain et l’enseignement.
Elle a ainsi en tant qu’invitée joué avec différentes formations telles que l’Ensemble Intercontemporain (dir. P. Boulez, P. Eötvös …) durant une dizaine d’années, l’Ensemble Accroche Note (dir. A. Angster), Ars Nova (dir. Ph. Nahon), 2E2M (dir. P. Méfano)…
Avec ces formations, elle a enregistré plusieurs CD.
La musique de chambre dans des formations diverses occupe une place de choix dans son parcours et les répertoires abordés couvrent une large période de l’histoire de la musique, allant du classicisme au contemporain, en explorant aussi de manière ponctuelle quelques chemins de traverses avec les musiques de tradition orale (musique touareg, jazz, folklore…).
Marie-Violaine CADORET est premier violon du Quatuor à cordes Istrati et membre de l’ensemble de musique contemporaine de Nantes Utopik.
Elle est professeur titulaire au CNR de Nantes.

Loïc Massot, alto

Né en 1978, il débute l'alto au CRR de Toulouse dans les classes de Marc Carles et de Domingo Mujica. Il poursuit ses études musicales dans les classes d'alto de Patrick Lemonnier, Oliver Grimoin, Jean Dupouy et Laurent Verney. Il obtient un premier prix d'alto à l'unanimité du conservatoire supérieur de Paris (CRR) et du concours de la ville de Paris. Il étudie la musique de chambre avec Christophe Giovaninetti du quatuor Elysée et obtient un premier prix de musique de chambre de la ville de Paris et de Aulnay-sous-Bois. Ensuite, il intègre le cycle de perfectionnement instrumental dans la classe de Laurent Verney et entre dans le département de préparation au métier d'orchestre au CRR de Paris. Puis, il est admis à la formation supérieure au CRR de Nantes pour l'orchestre, et au CEFEDEM Bretagne Pays de la Loire pour la pédagogie. Aussi, il a eu l'occasion de se perfectionner auprès de Serge Collot, Christophe Desjardin, Gilles Apap, Claire Merlet, Michel Michalakakos et Bernard Gregor-Smith du quatuor Lindsay. Titulaire du diplôme d'état, il est professeur d'alto à Carquefou et à Châteaubriant.

François Girard, violoncelle

François Girard commence l’apprentissage du violoncelle avec Etienne Cardoze et Martine Bailly. Il poursuit ses études musicales auprès de Xavier Gagnepain et d’Hortense Cartier-Bresson au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon dans la classe de Jean Deplace. Il y obtient en 2001 son diplôme et est admis la même année en Cycle de perfectionnement instrumental. Il a par ailleurs bénéficié, lors d’académies et de festivals, des conseils de Frans Helmerson, Arto Noras, Lluis Claret, Gustav Rivinius et Wolfgang Boettcher. Invité au sein du Gustav Mahler Jugendorchester de 2000 à 2003, il se produit sous la direction de Claudio Abbado, Seïji Ozawa, Pierre Boulez, Ivan Fisher et Mariss Jansons. Il participe également à l’Orchestre de l’Opéra de Paris, à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et au Mahler Chamber Orchestra.
Il se produit en soliste à plusieurs reprises, notamment avec l’Orchestre National de Lyon et l’Orchestre de Bretagne cette année. Membre de plusieurs formations de musique de chambre, dont le quatuor Cézanne et l’Ensemble Anamorphose, il est invité notamment aux Midis musicaux du Châtelet, aux Folles Journées de Nantes, au KKL de Lucerne et a récemment enregistré un disque consacré à la musique de chambre de Schönberg.
Il est professeur de violoncelle au CNR de Nantes depuis septembre 2003.

Gilles de Talhouët, flûtes

Gilles de Talhouët débute la flûte traversière auprès de Roger Bourdin. Il achève quelques années plus tard ses études musicales auprès de Pierre-Yves Artaud, au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt où il obtient un « Premier Prix à l’Unanimité ». Il découvre ensuite les instruments anciens et commence à jouer de la flûte traversière baroque (dite « traverso »). Il est reçu peu après au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (classe de Pierre Séchet) et obtient son « Premier Prix ». Il se perfectionne enfin pendant deux années auprès de Barthold Kuijken, au Conservatoire Royal de La Haye, aux Pays-Bas.
Gilles de Talhouët a donné de nombreux concerts (France, Autriche, Canada...) grâce au soutien des fondations Beracasa et Menuhin) ainsi que des Jeunesses Musicales de France. Il a aussi joué et créé plusieurs oeuvres contemporaines dans le cadre des célèbres rencontres d’été (Ferienkurse) de Darmstadt (Allemagne) et il a été récompensé à ce titre par un prix d’interprétation, le Kranichstein Musik Preis.
Gilles de Talhouët a participé pendant trois années à plusieurs productions et enregistrements de l’orchestre Les Musiciens du Louvre (Marc Minkowski). Il se produit depuis régulièrement avec les trios Diabelli (répertoire romantique pour flûte, alto et guitare, instruments d'époque) et Lindaraja (flûte, alto et harpe) et ainsi qu’au sein de l’Ensemble Utopik. Il a également enregistré un CD de musique française (Saint-Saëns, Debussy, Roussel, Caplet…) pour le label Alpha qui a reçu les éloges de la presse spécialisée (« 5 diapasons » de la revue Diapason en octobre 2006).

Pierre Gallier, clarinettes

Né à Nantes, il y accomplit un parcours complet d'études musicales : clarinette, analyse, écriture, direction d'orchestre. Il se perfectionne par la suite auprès d'Alain Damiens pour la clarinette et parallèlement poursuit ses études d'Ecriture au CNSMD de Paris dans la classe d'Edith Lejet où il obtient un premier prix.
Pierre Gallier a enseigné la clarinette au Conservatoire de Nantes et y occupe aujourd'hui le poste de Directeur des études. Il est également régulièrement invité par ONPL et l'Orchestre de Bretagne pour le répertoire lyrique, notamment à la clarinette basse.

Laurent Berthomier, clarinettes

Après des études musicales au Conservatoire National Supérieur de Lyon et l'obtention,en 1989, du Diplôme National dans la classe de Jacques Di Donato, Laurent Berthomier se perfectionne auprès de György Kurtàg (musique de chambre), Alain Damiens (clarinette) et Armand Angster (clarinette basse).

Professeur certifié titulaire en 1990, il enseigne la clarinette successivement aux conservatoires de Colmar, Nantes et Metz jusqu'en 2001.
Passionné par les questions artistiques et pédagogiques liées à l'enseignement de la musique, il élabore et met en œuvre le programme pédagogique de la formation supérieure des musiciens pour le Diplôme d'État au CEFEDEM Bretagne-Pays de la Loire à Nantes de 2001 à 2011. Soucieux de réinvestir cette expérience, Laurent Berthomier est à ce jour professeur de clarinette au Conservatoire à rayonnement régional de Nantes.

Parallèlement à ses activités pédagogiques, Laurent Berthomier s'est produit régulièrement en formation de chambre, en ensemble ( “accroche note”) et à l'orchestre (orchestre de Strasbourg). Il a notamment participé aux enregistrements de l'ensemble “accroche note” pour “Requiem” de Jacques Rebotier et “inner time II” d' Horatio Radulescu.
Depuis 2001, il collabore aux projets de l'ensemble “Stravinsky” (concerts et enregistrements (“les animals” de François Narboni et “le diapason de satin” de Dominique Lemaître).
En 2010, il est associé à la Compagnie “le grain” de Christine Dormoy pour sa contribution au spectacle “Giardino della parola” avec la chanteuse Isabel Soccoja.
En 2011, Laurent Berthomier est invité à se joindre à l'Ensemble Utopik.

Christophe Patrix, haubois

Après des études au CNSM de Paris où il obtient un premier prix de hautbois et de musique de chambre, Christophe Patrix remporte les concours du lions club et des jeunes talents de l'ouest. Titulaire du CA, il enseigne le hautbois et la musique de chambre au CRD de Cholet après avoir été chargé de cours à l'Ecole Normale de Paris. Musicien éclectique il se produit aussi bien au sein d'orchestres (ONPL, Opéra de Rouen, EIC), en jazz (Ray Lema, Jacques Marmoud), en rock (Procolarum, DAAU), en électro (OBO).
Depuis quelques années, il s'intéresse à la composition et ses pièces musicales ont la chance d'être créées par les musiciens de l'ONPL, de l'Opéra de Rouen, du CNSM de Lyon, de l'orchestre opus 76, de l'octuor à vent Nepomuk ou du duo Bobolink.
En 2010, il est invité à l'académie Pro-Quartet à se produire avec Maurice Bourgue dans des oeuvres de Zelenka et Leclair.
Avec Frédéric Potet, il est l'auteur du livre "le hautbois à l'envers".

Philippe Piat, basson

Après avoir étudié le basson à l'école nationale de musique de Lorient puis au conservatoire national de région de Tours, Philippe Piat intègre le conservatoire national supérieur de musique de Paris où il y obtient un premier prix dans la classe de Maurice Allard.
Passionné par les instruments historiques, il participe à de nombreux enregistrements et se produit avec des ensembles tels que Les Arts Florissants (Tokyo, Londres, Paris...), Stradivaria, L'Orquestra Barroca du pro Mùsica de Juiz de Fora (Brésil), Le Concert Spirituel, La Simphonie du Marais, Les Sacqueboutiers de Toulouse, L'Academia filarmonica Köln, Le Parlement de Musique, l'ensemble Sagittarius... Ouvert à tous les styles de musique, Philippe Piat réserve une grande part de son temps à la musique de chambre. Il a également collaboré avec l'ensemble Fa (concerts et enregistrements dans le cadre de festivals Présences Radio-France, Ars Musica Bruxelles, festival d'automne à Paris), l'ensemble Intercontemporain, l'ensemble Ars Nova (direction Marius Constant), l'orchestre de Bordeaux Aquitaine, l'orchestre Poitou-Charentes...
Depuis 2005, Philippe Piat enseigne le basson au conservatoire de Nantes.

David Kumer, cor

1er prix du CNSM de Lyon, David Kumer s'est produit au sein de nombreuses formations: l'Orchestre de Paris, l'orchestre national de Lyon, l'orchestre national de Lorraine, le Capitole de Toulouse, les Opéras de Lyon, Marseille, Nancy-Lorraine, l'Opéra du Rhin, l'Orchestre national de jazz.

Il collabore régulièrement avec l’ensemble Ars Nova pour lequel il a créé "chant intime" pour cor solo de Zad Moultaka au festival de Noirlac.

Passionné de musique de chambre, il s'est produit avec l'ensemble "Anamorphose", la Cameratata de France, le quatuor Parisii (tournée avec un opéra de chambre de G. Scelci, quintettes de Moart et de Reicha en 2010), et joue régulièrement avec l'ensemble "Stradivaria" les répertoires baroques et classiques sur instruments d'époque.

Après avoir enseigné au CRR de Poitiers de 1998 à 2011, il est actuellement professeur de cor CRR de Nantes.

Marc Merlin, trombone

Marc MERLIN est né à BOULOGNE SUR MER en 1970.
Il a tout d’abord étudié au Conservatoire de Douai menant de front l’apprentissage du piano et du trombone.
Dès 1987, il remporte le Concours des Jeunes Interprètes de la ville de Dunkerque, le Premier Prix de la Confédération Musicale de France, puis le Premier Prix du Conservatoire de Boulogne-Billancourt.
Il intègre alors la classe de Michel Becquet et obtient le Premier Prix à l’unanimité du Jury des Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Paris et de Lyon.
Il est alors sollicité par de nombreux Orchestres : Opéra National de Lyon, Orchestre National de Lyon, Orchestre National de France, Orchestre de Radio-France et l’Opéra National de Paris-Bastille.

Titulaire du D.E et du C.A, il partage maintenant ses activités entre :

Michel Grizard, guitare

Après ses études au C.N.S.M. de Paris, il devient lauréat des concours internationaux de Belgrade et de Taranto. Il joue en récital dans plusieurs festivals en France (guitare à Gaveau, Printemps des Arts, La Folle Journée...), ainsi qu'en Europe et en Asie, réalisant à cette occasion des master-classes aux conservatoires de Hanoï et Saïgon, à la Royal Academy de Dublin, à l'institut de musique d'Ankara... Il s'intéresse au répertoire pré-romantique qu'il interprète sur une guitare Roudholf de 1830 pour lequel il a enregistré un disque chez Quantum (Fernando Sor, F. Schubert). Réalisant au sein de l'ensemble BMA de nombreuses créations de compositeurs tels que Ton Tha Tiet, Régis Campo, Arturo Gervasoni. Il est membre du quatuor de guitares de Versailles dont la discographie vient de s'enrichir d'un quatrième enregistrement consacré au compositeur Leonardo Balada avec l'Orchestre National de Barcelone, pour le label Naxos. Titulaire du certificat d'aptitude, Michel Grizard est professeur au C.N.R. de Nantes.

Nathalie Henriet, harpe

Débute la harpe avec Odette le Dentu puis Berthile Fournier.
Diplômée de l’Ecole Nationale de Musique de Créteil et de l’Ecole Normale Supérieure de musique de Paris, elle entre au Conservatoire Supérieur de Musique de Lyon ou elle obtient le Diplôme National Supérieur avec mention TB en harpe dans la classe de Fabrice Pierre.
Lauréate de plusieurs grands concours internationaux : M.A. Casala à Gargilesse (France) en 1987, Bloomington (USA) et Tel-Aviv (Israël) en 1992.
Elle obtient aussi dès 1991 le Certificat d’Aptitude qui lui permet d’enseigner d’abord au Conservatoire National de Région d’Angers, puis à celui de Nantes depuis 1996.
Pendant plusieurs années, elle travaille régulièrement au sein de plusieurs grands orchestre (surtout avec l’Orchestre National des pays de Loire)
Actuellement, elle se consacre de plus en plus à la musique de chambre : aussi bien d’esthétique contemporaine (au sein de l’Ensemble Utopik), que dans des formations plus classiques.
Elle fonde avec Gilles de Talhouët et Belinda Peake l’ensemble Lindaraja (trio qui s’enrichit souvent d’autres musiciens ou comédiens pour des spectacles variés).

Ludovic Frochot, piano

Après des études au CNR de Saint-Maur avec Catherine Collard, Ludovic Frochot obtient un premier prix, premier nommé, en Piano et en musique de chambre en 1995, dans la classe de Pierre Pontier, au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon.
En 1996 il est admis dans la classe de perfectionnement de Menahem Pressler (du Beaux-Arts Trio) à l’Université d’Indiana (USA) où il obtient en 1999 le prestigieux Artist Diploma. Parallèlement, il reçoit en musique de chambre l’enseignement de Gyorgy Sebok et de Rotislav Dubinsky (du Quatuor Borodine), ainsi que pour le Lied celui de Leonard Hokanson. Invité par le New York City Opera en Août 1999, il travaille ensuite comme chef de chant à l’Université d’Indiana, puis au CNSM de Lyon de 2000 à 2002.
Ludovic Frochot se produit régulièrement en soliste (il est demi-finaliste au concours R.Schumann) , en musique de chambre notamment au sein du Trio AMEDEO (anciennement Trio NOVALIS) - demi-finaliste au Concours International de Munich et lauréat de la Fondation Pro Quartet, ainsi qu’ en tant qu’accompagnateur dans le répertoire vocal.
Pédagogue engagé, il est invité par la Cité de la Musique à Paris pour collaborer à la nouvelle édition des ouvrages consacrés à la musique de chambre. Titulaire du CA de piano, il enseigne au Conservatoire National de Région de Nantes.
Parallèlement, il enseigne au Pôle d'Enseignement Supérieur Bretagne/Pays de Loire depuis septembre 2011.

Chara Iacovidou, piano

Née en Grèce dans une grande famille d’artistes, Chara Iacovidou fait ses études de piano au Conservatoire National à Athènes, puis à Paris et aux Etats-Unis, où elle obtient un Master’s of Music à USC avec les plus hautes distinctions. Chara Iacovidou a étudié avec Marie-Françoise Bucquet et a aussi reçu l’enseignement de Leon Fleischer, John Perry, John O’Conor ou encore Jean-Claude Pennetier. Elle est par ailleurs une des rares élèves d’Alfred BRENDEL, auprès de qui elle se perfectionne.
Chara Iacovidou se produit en concert dans de grandes salles Européennes ainsi qu’aux Etats-Unis, notamment à New-York où elle fait ses débuts à Weill Carnegie Hall. Elle participe à de nombreux Festivals Internationaux. Elle est invitée en soliste par l’ Orchestre National de Grèce, l’Orchestre Philarmonique de Nice, l’Orchestre Symphonique d’Orléans, le Kamerata Orchestra à Athènes, le USC Symphony Orchestra à Los Angeles. Très attachée à Schubert et au classicisme Viennois, Chara Iacovidou s’intéresse aussi vivement à la création contemporaine. Ses enregistrements d'oeuvres de Schubert, Ravel, Mozart, Haydn Beethoven parus chez Lyrinx sont très remarqués par la critique en France et à l’étranger.
Chara Iacovidou est lauréate de l'Académie des Arts et des Lettres d'Athènes, et de la Fondation Natexis à Paris. Elle traduisit et fit paraître en Grèce les essais d'Alfred Brendel sur la musique et en révisa la version française qui paru récemment chez Buchet-Chastel.
Titulaire du CA de piano, Chara Iacovidou enseigne au Conservatoire d’Orléans de 2002 à 2012 puis au CRR de Nantes.

Yannick Varlet, clavecin

Yannick Varlet a étudié l’orgue et le clavecin avec Dominique Ferran, au CNR de Poitiers, puis avec Noëlle Spieth, Pierre Hantaï, Willem Jansen. Il a également reçu les conseils de Pierre Perdigon, Jean-Charles Ablitzer, Freddy Eichelberger, Ewald Kooïman, Michael Radulescu.
En Italie, sur les orgues historiques de Rome, Bologne et Piacenza, il a travaillé auprès du Maître Luigi Ferdinando Tagliavini.
En 2003, il a remporté le second prix du Concours International d’Orgue de la ville de Borca di Cadore (Italie).
Yannick Varlet fait de nombreux concerts (seul ou en ensemble) en France, en Europe et aux USA, dans les principaux festivals. Il est musicien permanent de l’Ensemble Européen William Byrd (dir. Graham O’Reilly) et joue régulièrement avec le flûtiste Hugo Reyne ou au sein de La Simphonie du Marais. Il est co-fondateur et directeur musical de l’Ensemble Tamino, basé à Nantes.
Il a participé à une vingtaine d’enregistrements discographiques. Yannick Varlet enseigne l’orgue et le clavecin au Conservatoire de La Roche sur Yon.






Les invités

cliquer sur l'image


Françoise Kubler, soprano

À la suite de sa rencontre avec Cathy Berberian, Françoise Kubler explore de nombreuses facettes du répertoire contemporain : Berg, Webern, Schoenberg, Berio, Boulez, et devient l’interprète privilégiée de compositeurs comme F.-B. Mâche, Pascal Dusapin, James Dillon, Philippe Manoury, Georges Aperghis, Marc Monnet, Ivan Fedele… En 1981, elle fonde avec Armand Angster (clarinettiste) l'ensemble Accroche Note, avec lequel elle enregistre de nombreux disques monographiques chez Universal, Naïve, L’Empreinte Digitale, Una Corda, Label Bleu, FMP Berlin… Elle se produit en soliste en France et à l’étranger sous la houlette de chefs prestigieux, tels que David Robertson, Pierre Boulez, Peter Eötvös… D’autres ensembles dirigés font appel à sa voix : l’ensemble Ictus, l'ensemble InterContemporain, Ars Nova… Elle aime également à interpréter les pages les plus classiques du répertoire romantique et de la musique française… Son attachement à la musique improvisée l’a accompagnée tout au long de son parcours et l’a enrichie grâce à des partenaires ingénieux : M.-P. Drouet, Armand Angster, J.-D. Hégé, ou encore Irène Schweitzer avec qui elle a fondé un duo chant et piano en 2002.

Laure Delcampe, soprano

Diplômée du Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles dans la classe de Jules Bastin, Laure Delcampe poursuit sa formation auprès de Michelle Wegwart. Elle bénéficie aussi de l’enseignement de Walter Berry, Mitsuko Shiraï et Hartmut Höll lors de master class.
Elle est lauréate de la Fondation belge de la Vocation et remporte en 1998 le Concours des Voix d’Or en France pour l’opéra, ainsi que le troisième prix pour la mélodie. Parmi les rôles qu’elle incarne en France et en Belgique : Héro (Béatrice et Bénédict) au Festival Berlioz, Papagena (Die Zauberflöte, Avignon), Olympia ( Les Contes d’Hoffmann, Liège), Blonde (die Entführung aus dem Serail, Liège), Le Feu (L’Enfant et les Sortilèges, La Monnaie), Il Paggio (Ballata de Luca Francesconi, La Monnaie)…

Elle se produit en concerts et récitals, en France, Allemagne, Italie, Espagne, Pays-Bas, Belgique, dans un répertoire qui s’étend de la période baroque à la période contemporaine. Elle collabore avec les pianistes Catherine Mertens, Boyan Vodenitcharov, Vladimir Sverdlov, Muhiddin Demiriz, Lionel Bams et chante sous la direction d’Alberto Zedda, Kasushi Ono, Marcello Viotti, Patrick Davin, Louis Langrée, Pascal Rophé...

Parmi ses enregistrements : An die Nacht de Benoît Mernier (création), avec l’Orchestre Philharmonique de Liège, qu’elle chante à Paris ( Festival Présences-Radio France) et à Tallinn avec l’Orchestre national d’Estonie; les versions de chambre de la 4° symphonie de Mahler et des Orchestlieder op8 de Schoenberg avec L’Ensemble Oxalys.

Virginie Pochon, soprano

Après des études de musicologie à l’Université de Lyon et des études de chant au Conservatoire National Supérieur de Lyon, Virginie Pochon rejoint l’Opéra Studio de l’Opéra de Lyon où elle interprète Pamina (la Flûte enchantée / Mozart) et Eurydice (les Malheurs d’Orphée / Milhaud).
Elle intègre ensuite la troupe de l’Opéra de Lyon où elle chante notamment les rôles de Zerlina (Don Giovanni / Mozart), Susanna (les Noces de Figaro / Mozart), Sophie (Werther / Massenet), Despina (Cosi fan tutte / Mozart), Papagena (la Flûte enchantée / Mozart) ou encore Tebaldo (Don Carlos / Verdi) et Musetta (la Bohème / Puccini). Ainsi a-t-elle travaillé avec des chefs d’orchestre tels que Kent Nagano, Sir Neville Marriner, Paolo Olmi, Marc Minkowski et Peter Eötvös, se produisant entre autres aux côtés de José Van Dam, Karita Mattila, Nathalie Dessay et Roberto Alagna. Virginie Pochon a également interprété Barberine (les Noces de Figaro / Mozart) à l’Opéra Bastille sous la direction d’Armin Jordan, Camille (Louise / Charpentier) à Toulouse et au Châtelet, L’Ange (Saint François d’Assise / Messiaen) à Lucerne sous la direction de Kent Nagano, Brigitta (Iolanta / Tchaïkovski) à Amsterdam, Oscar (un Bal masqué / Verdi) à Montpellier, Juliette (Roméo et Juliette / Gounod) à l’Opéra de Lyon, Luisa (les Fiançailles au couvent / Prokofiev) dans la production de Patrice Caurier et Moshe Leiser, Musette (la Bohème / Puccini) à l’Opéra de Lyon, Echo (Ariane à Naxos / Strauss) à Lyon et au Châtelet, Despina (Cosi fan tutte / Mozart) à l’Opéra de Rennes, le rôle titre dans la création mondiale de la Frontière (Manoury) mise en scène par Yoshi Oïda, Despina (Cosi fan tutte / Mozart) à l’Opéra de Liège et de Gabrielle (la Vie Parisienne / Offenbach) à Toulon ainsi qu’une série de concerts avec l’Orchestre des Pays-Bas dirigés par Frans Bruggen.
A Nantes, Virginie Pochon a interprété Jacqueline (Fortunio / Messager) en janvier 2000, Rosina (La Finta semplice / Mozart) en octobre 2000. A Nantes et Angers, elle a participé au Nez (Chostakovitch) en décembre 2004.

Donatienne Michel-Dansac, soprano

Donatienne Michel-Dansac commence ses études musicales à l'âge de 7 ans au C.N.R. de Nantes dans les classes de violon et piano ; elle obtient son prix de solfège à 14 ans. A 11 ans, elle entre à la maîtrise de l'Opéra de Nantes et participe aux diverses productions scéniques pendant plus de huit saisons, souvent en tant que soliste.
En 1985, elle est admise première nommée et à l'unanimité du jury, au C.N.S.M. de Paris. Elle y obtiendra son prix de chant en 1990.
En 1988, elle Interprète "Laboryntus II" de L.Berio sous la direction de Pierre Boulez avec l'Ensemble Intercontemporain. Depuis, elle est l'invitée de nombreuses formations et festivals français et étrangers.
Une étroite collaboration avec l'IRCAM depuis 1993 lui a permis de créer de nombreuses œuvres : Ph. Manoury ("En écho"), P. Dusapin ("Roméo et Juliette") L. Francesconi ("Etymo"), M.Lanza, Hans Tutschku, Georges Aperghis ("Machinations") notamment.
En janvier 2003, la création à l'IRCAM et l'enregistrement de "Voi(e)r(e)x" de Philippe Leroux.
A l'automne 2001, elle a créé l'intégrale, jamais réalisée à ce jour, des "14 Récitations pour voix seule" d'Aperghis, au Konzerthaus de Vienne.
Ne souhaitant pas se spécialiser dans une époque musicale, Donatienne Michel-Dansac interprète la musique baroque française, italienne et allemande (avec les Arts florissants), romantique et classique en récital avec Vincent Leterme (Radio-France, midi-musicaux du Châtelet, Opéra Bastille, la Cité de la Musique, l'Académie des Beaux Arts de Munich).
En 2002, avec l'ensemble S.I.C, elle a créé "Entre chien et loup", œuvre écrite et mise en scène par Georges Aperghis à l'Opéra de Nancy et reprise en tournée.
En 2003, elle a interprété "Mysteries of the macabre" de F.Ligeti avec l'Orchestre de Paris dirigé par Sylvain Cambreling, "Weltparlament" de K. Stockhausen.

Isabelle Soccoja, mezzo-soprano

Isabel SOCCOJA a obtenu au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris des prix d’opéra(avec C.PATARD) et de musique de chambre (classe de Mr C. IVALDI) ; au CNR de Reims des prix de chant piano, formation musicale et musique de chambre. Elle est également lauréate des “Schubertiades” de la fondation France Télécom en 1996.
Invitée à l’Opéra (Théâtre du Châtelet, Atelier du Rhin, Opéra de Reims, de Besançon, de Lille …), elle a collaboré avec l’Orchestre de Montpellier (“ le miroir de Jésus“ ), l’Orchestre National d’Ile de France, l’Orchestre de LYON et interprète régulièrement les plus belles pages de la musique de chambre : les Chansons Madécasses de RAVEL, Pierrot Lunaire de SCHÖNBERG, Le Marteau sans Maître de BOULEZ, Khoom de SCELSI, les Sieben frühen Lieder de BERG, la 4ème symphonie de G.MAHLER .
L’intérêt qu’Isabel SOCCOJA porte à la musique du 20ème siècle l’a amenée à collaborer avec des ensembles tels que l’Ens. INTERCONTEMPORAIN,en tournée, sous la baguette de J. NOTH, l’ ens. ORCHESTRAL Contemporain, dir. D. KAWKA, l’ens. ARS NOVA, dir. P. NAHON, l’ens. l’ITINERAIRE, dir. P.ROPHE, l’ens. SIC, dir. F RIVALLAND, l’Ens. FA dir. D.MY, l’ens. RECHERCHE, l’ens. UTOPIK, l’ens. LINEA. Elle a effectué des tournées dans le monde entier (Settembre Musica à TURIN, Romaeuropa, la WDR de KÔLN, le festival d’ALICANTE, Musicarama à HONG-KONG, Togamura au JAPON, Kaoshiung à TAIWAN, le Centre Georges Pompidou et l’IRCAM à PARIS, le festival de SPOLETO, le DEUTSCHOPER et le KONZERTHAUS de BERLIN). Elle participe aussi à des spectacles de Théâtre (D.G.GABILY, Cie LE GRAIN ,C.DORMOY) et de danse (L. TOUZE, Olivia GRANDVILLE).
Attentive à la création d’œuvres nouvelles, elle a travaillé avec des compositeurs comme L. DE PABLO, K. STOCKHAUSEN, L. BERIO et Le Marteau sans Maître avec P. BOULEZ. Invitée régulièrement au Festival PRESENCE de RADIO-FRANCE, elle se produit également avec l’Orchestre NATIONAL de la RADIO (œuvres de LANCINO, KAUFMANN, TOEPLITZ) ainsi qu’avec l’ens. MUSIFABBRIK Opus 8, 13, 14 de WEBERN sous la direction de Peter RUNDEL) à BONN au BEETHOVEN Festival, l’ens. MUSIQUE NOUVELLE à BRUXELLES (Sippal, Dobbal,…de LIGETI sous la direction de Jean-Paul DESSY)
Après avoir effectué une tournée avec l’opéra Copernicus de C.VIVIER dirigé par P.ROPHE et mise en scène par Stanislas NORDEY à BANFF, MONTREAL, TORONTO, également à STRASBOURG (festival MUSICA) et HUDDERSFIELD (Royaume Uni), Isabel Soccoja a également interprété Wo bist du Licht? au festival ARS MUSICA de BRUXELLES ainsi qu’à la fondation GULBELKIAN à LISBOA..
Dans un autre répertoire, elle incarne le rôle de Mademoiselle Lange dans La Fille de Madame Angot dans la région Nord-Pas-de-Calais (Opéra de LILLE entre autres sous la direction de D. MY, puis à BESANCON sous la direction de D. TROTTEIN, mise en scène de B. PISANI. Egalement à TOULON dans Lucia de Lammermoor (Alisa), La Flûte Enchantée de Mozart (la deuxième dame) et dernièrement Vincenette au côté de L.Vaduva dans Mireille.
Récemment elle a chanté le Soprano II dans la Messe en Ut de MOZART à CAEN sous la direction de M. FOSTER et Shéhérazade de RAVEL pour le festival de KUOPIO en Finlande, le rôle de Dorabella dans Cosi fan Tutte" dans le festival off d’AIX-EN-PROVENCE; C’est la deuxième année qu’Isabel SOCCOJA est invitée aux Folles journées de Nantes, pour des programmes très variés, FALLA, LLORCA et SCHUBERT. Dernièrement elle interprétait les “ Lieder ein fahrenden Gesellen” de G .MAHLER sous la dir. De D.KAWKA avec l’ens. ORCHESTRAL de LYON.

Paul-Alexandre Dubois, baryton

Paul-Alexandre Dubois débute sa formation musicale par l’étude du piano, du chant, du violon et de la contrebasse au conservatoire de Saint-Malo puis, parallèlement à des études de musicologie à la Sorbonne, poursuit sa formation au Conservatoire National de Région de Rueil-Malmaison, où il obtient un premier prix de chant.
Il étudie avec Camille Maurane, entre à la Maîtrise Nationale de Versailles, au Studio Versailles Opéra, puis au Conservatoire de Paris (CNSMDP) dans la classe d’interprétation de musique baroque de William Christie et celle de chant de Robert Dumé, dans laquelle il obtient le diplôme et le prix.
Il a participé aux productions et enregistrements de nombreux ensembles : Groupe Vocal de France, Nouvel Ensemble Vocal, Chapelle Royale, Arts Florissants, Collegium Vocale de Gand… Il est un membre fondateur du Chœur de chambre Accentus et d’Axe 21, pour lesquels il a assuré la préparation d’œuvres de Luciano Berio, György Kurtág et Heinz Holliger et la direction artistique d’œuvres de Sylvano Bussotti et John Cage.
En concert, il a interprété le rôle de Nekrotzar des Scènes et Interludes du Grand Macabre de Ligeti à la Cité de la musique avec l’Ensemble intercontemporain, a créé le rôle du Maharam du Maharam de Rothenburg de Serge Kaufmann à la Maison de la Radio, a chanté avec l’Orchestre de Palerme Ecuatorial de Edgar Varèse et, en 2002, le Nunc Dimittis de Jonathan Harvey avec l’Ensemble intercontemporain. En 2004, il est invité par ce dernier pour Aventures et Nouvelles Aventures de Ligeti à la Cité de la musique. En 2006, il crée la partie de baryton solo de On Iron de Philippe Manoury.
En 2002, il crée pour Radio France les Cinq Petites Musiques de verre de Maurice Delaistier avec l’ensemble Ader. En 2003, il participe à l’enregistrement de Micromégas de Paul Méfano avec l’ensemble 2E2M.
Sur scène, il incarne entre autres Bosun (Billy Budd de Britten) au Théâtre de la Fenice de Venise, Ramiro (L’Heure espagnole de Ravel), le Chat et l’Horloge (L’Enfant et les sortilèges de Ravel), Blaze (The Lighthouse de Peter Maxwell Davies), Pantalon (L’Amour des trois oranges de Serge Prokofiev), Le Métayer (le Roi Pausole. D'A.Honegger) à l'opéra Comique.Il a créé le rôle de Hans-Karl (Carillon d’Aldo Clementi) au Théâtre de la Scala de Milan, celui du Premier Baryton Blanc (Ubu de Vincent Bouchot) à l’Opéra-Comique et celui de l’Aide du roi (Perelà de Pascal Dusapin) à l’Opéra Bastille.
Il se produit régulièrement au sein des productions lyriques de La Péniche Opéra et collabore, pour des récitals, des enregistrements et en tant que metteur en scène, avec l'ensemble de musique ancienne Alamazis-Iakovos Pappas.
Il participe à des spectacles de théâtre musical comme Le Mal de Lune de SandroGorli, Sainte Jeanne des abattoirs de Bertolt Brecht (musique de Tom Cora), Forever Valley de Gérard Pesson, Sous le ciel de Quichotte de Roberto Tricarri.,"Aventures" et "Nouvelles Aventures" de György Ligeti, "El Cimarron" de H.W .Henze, "Le Chant Quotidien" d'A.Markeas., "Roméo & Juliette" de P.Dusapin.
Paul-Alexandre Dubois se produit dans divers récitals de mélodies et de lieder.
Il réalise plusieurs mises en scène – L’Opéra de quatre notes de T. Johnson (Opéra Bastille, Festival Musica, Théâtre de l'Athénée) Le Maréchal-Ferrant de F-A Danican- Philidor (Ensemble Almazis-Iakovos Pappas,Festival de La Chabotterie ,Opéra d'été en Bourgogne, Péniche Opéra) L’Éducation manquée d’E. Chabrier, La Colombe de C. Gounod, La surprise de l'Amour de F.Poise (Atelier Lyrique de Franche-Comté).
En 2007 il fonde avec Alexandre Piquion la compagnie lyrique le Grand Seize avec laquelle il a mis en scène et interprété Coscoletto, Apothicaire et Perruquier, Vent du Soir de J.Offenbach pour le festival Offenbach à Montargis.
Depuis 2007 il est le directeur musical des Lundi De La Contemporaine de la Péniche Opéra.
Depuis 2003, dans le cadre de l’option théâtre du cursus de lettres supérieures du Lycée Victor Hugo à Paris, il anime un atelier autour d’œuvres de John Cage.
En 2008 il est artiste en résidence au lycée bayen de Châlon en Champagne.

Christophe Rouxel, récitant

Depuis 1979, Christophe Rouxel mène une carrière consacrée au théâtre : acteur, formateur, metteur en scène et directeur de compagnie. Attaché à une éthique de théâtre exigeant et populaire, il n’a cessé d’explorer des modes singuliers de représentation pour favoriser la rencontre avec de nouveaux publics.
De 1982 à 1990, à Rieux (56), son village natal, il dirige un projet de création avec les habitants. Il signera trois mises en scène présentées durant sept ans devant 70 000 spectateurs.
Depuis 1990, il s’attache essentiellement à la direction artistique du théâtre Icare installé à Saint-Nazaire. Il a signé une cinquantaine de mises en scène et prépare « Un Chapeau de Paille d’Italie » d’Eugène Labiche, avec 40 acteurs, pour la saison 2014/2015.
Depuis 2007, avec le théâtre Icare et l'association « La Carrière », il réalise des spectacles avec la participation de nombreux bénévoles associés aux acteurs et collaborateurs professionnels, dans le lieu-dit la Carrière du Bellion à Fégréac (44), un amphithéâtre de 600 places sur un site spectaculaire.
Il a encadré de nombreux stages à l’international - Chili, Portugal (avec l’aide de l’AFAA et de l’Alliance Française), au Caire (Institut Français d’Egypte) - et en France dans les conservatoires de Bordeaux, Angers et La Roche-sur-Yon, et participé à un stage de mise en scène avec Peter Brook (1993). Il est également sollicité pour des lectures, comme récitant-comédien avec diverses formations musicales.